Cette série « Souvenirs du Maroc » marque la rencontre
entre un travail sur la nature morte et sur l’intime.
Habituellement, je ramène de mes voyages des photos et quelques objets. Avant que ces derniers s’intègrent dans mon quotidien comme la trace
de ce voyage, j’ai décidé de les utiliser pour questionner notre rapport au souvenir. Ce matériau m’a également permis de fixer et de révéler les sensations paradoxales ressenties lors de ce voyage,
spectatrice d’un monde ouvert à la fois sur la modernité
et figé dans des archaïsmes.
J’ai alors décidé d’explorer les équilibres comme autant de fragilités observées dans ce pays, entre richesse et rudesse, beauté et misère.
Pour la première fois j’ai choisis un fond presque blanc, crayeux,
qui s’oppose aux couleurs vives de ce pays.
Toujours en lumière naturelle, cette série s’inscrit dans un travail exploratoire autour de la lumière, des textures et des couleurs.